120972926

Photo de Marie Luxor, avec son aimable autorisation (détail du temple de Medinet Habu)

 

Comme vous le savez, je suis passionée par l'Egypte ancienne depuis très longtemps. Celà m'a rapidement poussée à m'initier aux hiéroglyphes, cette écriture sacrée qui est pourtant restée un mystère pendant de nombreux siècles. 

J'ai donc commencé par un petit livre très accessible et ludique : Le Petit Champollion illustré, de Christian Jacq. Il reste très superficiel, et à part les formules les plus courantes, vous ne déchiffrerez pas grand chose face à un temple, mais c'est un bon début tout de même. Je connaissais à ce moment là pas loin d'une centaine de hiéroglyphes. Puis, le temps à passé et entre mes études, l'entrée dans la vie active et tout le reste, j'avais laissé ces symboles de coté.

Jusqu'à récemment. Je me suis rendue compte que ma mémoire avait stocké précieusement tout ça, et ça m'a donné envie de m'y remettre. J'envisage donc d'acquérir un livre de cours d'égyptien hiéroglyphique plus complet cette fois ci. Je sais que le faire seule n'est pas évident, mais le but premier reste simplement de me faire plaisir en apprenant un peu plus chaque jour. Je sais qu'à l'université de Strasbourg on peut suivre des cours, malheureusement, je ne suis pas assez disponible pour le faire sérieusement. Peut-être un jour, qui sait.

 

Et vous ? Comprenez vous un peu les hiéroglyphes ?

 

Si ce n'est pas le cas, voici donc votre première petite leçon simplifiée ! Pour commencer, il faut savoir qu'un symbole peut soit représenter un mot entier (ex : iahla lune qui se prononce iâh) soit un son simple (ex :tqui représente le son t, pour indiquer le féminin) ou complexe (ex :sapour le son sa, qui signifie aussi le fils). Il existe encore d'autres symboles qui ne se prononcent pas. Ce sont des déterminatifs à la fin des mots qui servent à préciser de quel mot il s'agit (ex :déterminatif feminin pour indiquer qu'on parle d'un individu féminin).

Voilà, avec ça, vous savez écrire mon nom Satiâh  satiah, qui signifie donc la fille de la Lune ! J'ai juste rajouté ces symbolesiah2qui représentent chacun un son i / â / h, qui est repris par le symbole de la lune (qui du coup ne se prononce plus )

 

Passant à un petit exemple de ce que vous pourriez voir en visitant les monuments d'Egypte, avec une autre photo de Medinet Habu (encore merci Marie Luxor).

120978144

Vous pouvez voir entre deux cartouches ces symboles : sara 

Le premier vous le connaissez déjà, on l'a vu juste avant dans mon nom, mais sans le t du féminin. Il s'agit donc du fils. Le cercle à coté représente le soleil, le Dieu Râ. Il s'agit donc de Sa Râ, le fils de Râ. Le symbole suivant, vous le connaissez sûrement, puisque c'est la croix de vie ankh. Les deux prochains symboles sont Nysout Bity, un épithète qui désigne le souverain. Litéralement, cela signifie, celui du roseau et de l'abeille. Enfin nous avons Taouy, qui veut dire les deux Terres, soit ce qu'on appelle aujourd'hui la Haute Egypte, et la Basse Egypte. 

Il s'agit donc là d'une partie de la titulature de Ramès III, avec son nom de "fils de Râ" dans le cartouche de gauche, et son nom de couronnement (ou nom de roi de Haute et Basse Egypte) dans celui de droite !

 

Quel plaisir, et quelle fierté de réussir à déchiffer quelques mots et formules, vous ne trouvez pas ?